Littérature Musique Cinéma BD
Art Communauté

The Pogues

 

Frank Black
The Pixies
Jeff Bucley
GranDaddy
Syd Barrett
The Pogues
Soft Machine
dEUS
David Bowie
Perry Blake
Rock divers

 

 

The Pogues sont les plus grands... Une musique unique faite de rock, folklore irlandais dans un esprit punk and blues. L'épave miraculée Shane Mac Gowan, poête décalé auto-destructeur a été virée, c'était le principal compositeur / chanteur et surtout l'âme du groupe... Mais le groupe a poursuivi honorablement sa route, jusqu'à de nouvelles cassures... depuis c'est flou. Il semble y avoir une petite guerre et Mac Gowan a appelé son nouveau groupe, the Popes... avec lequel il essaie de retrouver goût à la vie... Spider Stacy, Andrew Ranken et Darryl Hunt ont de leur côté un nouveau groupe The Wisemen qui commencent à faire parler d'eux...

 

Les Pogues, c'est toute ma jeunesse mais je crois que sensiblerie mise à part tout est bon. Depuis le premier album jusqu'au dernier... Et tous ont leurs propres qualités... Mon album préféré, comme souvent, est le premier que j'ai eu... en plus c'était mon premier CD... donc forcément... Et puis c'était le best of. Après, ça s'est vite enchaîné, mais on va procéder chronologiquement.

Best Of

 

Red Roses for me est un album très simple. Il donne le ton de ce que sera la suite. Les ballades et les chansons plus rapides, plus rock, voire punk se côtoient harmonieusement. C'est un album d'un petit groupe, apparemment pas ambitieux mais qui a des qualités mélodiques évidentes; de plus ils sont sur un nouveau créneau. La succession des Dubliners, groupe de folklore irlandais incroyablement sympathique est assurée, avec une légère actualisation rock. Un album sympa donc, mais sans doute celui qui a le moins marqué. Peut être car la voix rocailleuse de Mac Gowan est encore adolescente et n'a pas donné sa pleine mesure... Red Roses

 

Rum Sodomy & the lash est sans doute le plus célèbre, l'album culte des Pogues... avec beaucoup de classiques (A pair of brown eyes et bien sûr le standard Dirty Old Town). C'est aussi un album un peu plus brut que les autres. Toujours la simplicité mais des chansons encore plus accrocheuses et une production à la hauteur (Elvis Costello). La pochette -dans laquelle un oeil éxercé et savant pourra reconnaître les membres du groupe- a vraisemblement contribué à ce succès ... Les chansons sont variées et l'album est emprunt d'une ambiance particulière (western irlandais mélancolique ou drame javanais bucolique, c'est selon). La voix de Mac Gowan s'affirme. Les Pogues décident de conquérir le monde. Rum Sodomy

 

If I should fall from grace with god est l'album le plus fabuleux des Pogues, tous les ingrédients sont là. L'album est extrêmement varié. En effet, des instrumentaux en hommage au vieux jazz, des moments de bravoure à la Noir Des', des classiques irlandais, des expérimentations... l'album le plus complet, rien à redire. Si tout de même une des plus belles chansons des Pogues, ce qui n'est pas peu dire... Fairytale of  New York, qui est aussi la première chanson que j'ai écoutée sur mon premier CD... Y a pire pour commencer. Un duo improbable entre Shane et Kirsty MacColl, la voix céleste voire lactée. If I Should

 

Peace and love est également un album complet encore plus ouvert à cette musique new yorkaise. Explication: le groupe se démocratise et Mac Gowan n'écrit et ne chante que sur la moitié de l'album. Tout le mode s'attelle à la tâche et on peut alors se rendre compte que les Pogues ne sont pas le groupe d'un seul homme. Mais sa voix et son charisme restent indispensables, ses interventions le prouvent, Misty Morning, Albert Bridge en tête. Cet album au demeurant sympathique marque tout de même quelque chose de regrettable: plus de trace de musique irlandaise (enfin de vraie musique irlandaise), c'est la première fois que cela se produit. PeaceLove

 

Hell's Ditch. Pour le coup, Mac Gowan remet un coup de collier. Il est partout et a des moments d'inspiration géniale comme Summer In Siam par exemple, une chanson habitée par une triste, triste mélancolie. Chanmé. Et puis Hell's Ditch itself où il se rapproche de Tom Waits pour le grain de voix et les paroles. Certaines chansons sont hantées et on découvre des atmosphères et des subtilités soniques auxquels nous n'avions pas été habitués (cf. Lorca's Novena). Un album inégal comme on dit. Des chansons moyennes style House of the gods n'étant pas à la hauteur et des moments de grâce. Hell

 

Waiting for Herb ou quand vous êtes attendus au tournant. La rupture, inévitable, est consommée. Les Pogues restent, Mac Gowan part. Autant dire que les derniers penchants punk rock disparaissent. On a tous cru que c'était fini, que jamais ce groupe amputé de son élément principal (fût-il parfois un poids) ne referait quelque chose à la hauteur de son glorieux passé. Spider Stacy se charge de chanter et tout le monde écrit. On a beaucoup changé depuis Red Roses mais le talent demeure. Certes, il faut aimer la pop / rock music mais certaines chansons rappellent les Pogues, les vrais (Big City, My baby's gone) et d'autres s'essaient à de nouveaux genres exotiques (Girl from The Wadi Hammamat). Waiting for Herb

 

Pogue Mahone. Dur d'en parler, je ne le connais pas bien et donc dur d'en dire du bien je suppose car si je ne le connais poas bien, ce n'est sans doute pas sans raison... (en dehors de la pochette). Il faut aimer les Beatles... mais pas très inspirés. Un joli duo Stacy / une meuf (Anniversary), une chanson vorace en français (Amadie) et puis on retourne au boulot ou on splitte.
Ca pourrait être un bon album s'il n'était pas des Pogues... mais manque de pot, c'en est justement un. Et c'est vraisemblablement le dernier.
PogueMahone

 

The Snake est le premier album du ressuscité. Bon il serait éxagéré de dire que cela s'entend et même que cela se voit (il tire un peu la gueule même quand il sourit). Mais ilne souffre pas absolument pas la comparaison avec ses collègues des Pogues. Dés le début on retrouve cette voix rocailleuses et ces inspirations rock brut. Un retour aux sources, un album qui déménage, qui remet tout à plat. On ne se disperse pas et on savoure le retour à la vie par le retour aux vraies valeurs. On regrettera cependant quelques réminiscence de ce qu'il a fait avec les Pogues (auto-plagiat). Merci Shane, vous avez fait un long voyage? Snake

 

he Crock of Gold est, je crois, le dernier en date... Le ton est plus doux, apaisé. Mièvre? Il ne faut rien éxagérer... mais il est clair que c'est pas le déluge sonique. Bon c'est bien beau de revenir à la vie mais faut se bouger après. Des beaux moments néanmoins comme Lonesome Highway par exemple, en se forçant. Enfin, on a 17 chansons en plus dans la valise et malgré quelques fautes de goûts, on en sort toujours heureux. Finalement, l'essentiel, c'est que cet homme dépravé soit toujours là, parmi les vivants. et qu'il veuille que ça continue. On attend le prochain avec toujours le même fol espoir et l'ompossibilité d'être déçu. C'est ainsi, le miracle permanent. crockgold

Tous les albums des Pogues :

Titre Commentaires Date Prix fnac
If I should fall from grace with god cf chronique 1989 89
Best Of cf chronique 1991 141
Rest of the best cf chronique 1992 48
Waiting for herb cf chronique 1993 45
Hell's Ditch cf chronique 1990 89
Peace and love cf chronique 1989 89
Hell's Ditch cf chronique 1990 89
Pogue Mahone cf chronique 1995 89
Red Roses for me cf chronique 1989 89

 

Accueil | Musique | Bande dessinée | Littérature | Cinéma | Liens
Mesurez votre audience Copyright © 1999, 2010 Blougou.com